Revue Savoirs du travail social©

La revue Savoirs du travail social© est une revue internationale d'épistémologie des savoirs du travail social.

La question des savoirs du travail social est un enjeu de débats entre différents courants des sciences humaines au niveau français et des sciences du travail social à l'étranger. En relation avec l'université Paris 13 (Paris -Cité Sorbonne Campus Condorcet), nous proposons un espace pour faire exister ces débats. Différents enjeux épistémologiques de la production des savoirs seront abordés : au niveau des méthodologies employées ; de l'articulation entre pratiques, valeurs et théories ; dans les effets attendus de ces savoirs sur les pratiques ou les politiques publiques ; qui produit ces savoirs (citoyen·ne·s, professionnel·le·s, scientifiques, bénévoles…) ou à propos des différents savoirs construits et de leur croisement… 

 

La revue Savoirs du travail social© est une revue internationale et elle est dotée d'un comité scientifique. La publication de cette revue se fait au format électronique sur le site du Social en fabrique©. 

 

La revue Savoirs du travail social© comportera deux numéros par an à partir de janvier 2018. Un numéro sera consacré à une thématique décidé par le comité scientifique, ouvert à tous les auteur·e·s et fonctionnera selon les canons habituels des revues scientifiques à savoir la validation des articles par un comité de lecture. Ce numéro de la revue pourra accueillir des varia (*). Un deuxième numéro, hors-série, sera issu d'un symposium organisé à partir d'une entrée spécifique (l'écriture en travail social, la méthodologie de la théorisation enracinée, le croisement des savoirs…), en partenariat avec des écoles du travail social et d'autres universités. Un appel à participation au symposium sera publié en temps utile. 

 

La revue est accessible sur abonnement. 

 

 

 

Je m'abonne

 

(*) numéro de la revue qui comporte des articles non rattachés à une thématique

 


 

Colloques, journées d'études, appel à articles

La recherche qualitative inductive

1ère Journée d’étude internationale Regards croisés Québec - France 14 avril 2018

Salle des Conférences, Maison Max Weber, Université Paris Nanterre

 

Capture drecran 2018-04-06 a 11.14.55 Capture drecran 2018-04-06 a 11.14.55  L'équipe Crise, École, Terrains sensibles (Cets) du laboratoire CREF, ED 139, Université Paris Nanterre, organise sa première journée d’étude internationale sur les approches inductives en recherche qualitative. L'équipe Cets invite François Guillemette, professeur en Sciences de l'éducation à l'Université du Québec à Trois Rivières, qui souhaite faire bénéficier les doctorant-e-s de ses recherches.

 

Les approches inductives sont de plus en plus utilisées en sciences sociales et humaines. Les sciences de l'éducation, fondées sur une dimension pluridisciplinaire et multiréférentielle, peuvent apporter un regard spécifique sur ces démarches scientifiques en accordant la priorité au terrain, aux observations, à l'expression des personnes en situation, dans la perspective d'inscrire la construction des connaissances dans une démarche empirique.

 

Trois dimensions seront plus particulièrement abordées au cours de cette journée d'étude :
Les sciences de l'éducation et la démarche inductive. La recherche inductive est en plein essor au sein de Sciences de l’éducation, d'où la nécessité de cibler l’objet d’étude, en tenant compte à la fois des caractères systémiques, complexes, dynamiques, fonctionnels et signifiants des phénomènes éducatifs.

 

La scientificité des méthodes inductives : entre méthodologie et démarche. La pluralité des approches inductives est mise en avant à partir de travaux traitant de la construction de la problématique et des hypothèses, de traitement des « zones d’ombre » des données et de réflexions sur les critères de validité. C’est aussi la question de la reproduction de la méthode et donc des travaux qui est mise en débat.
 

Les dimensions sociales de la démarche inductive. Dans un contexte de transformations sociales, institutions, collectivités, acteurs et chercheurs sont confrontés à l’émergence de phénomènes inédits. Quand l'éducation interagit avec les territoires, les migrations, les générations, le numérique, ou encore le développement de l’économie collaborative, ce sont autant de nouvelles problématiques qui questionnent les cadres conceptuels usuels.

 

François Guillemette est professeur au Département des sciences de l’éducation à l’Université du Québec à Trois-Rivières. Ses thématiques de recherches portent sur l’approche par compétences dans les programmes universitaires et la formation pédagogique des professeurs de l’enseignement supérieur. 

 

Capture drecran 2018-04-06 a 11.18.32 Capture drecran 2018-04-06 a 11.18.32  

 

QUALIT-INDUCT 14avril Nanterre

 

Capture drecran 2018-04-06 a 11.21.55 Capture drecran 2018-04-06 a 11.21.55  

29ème Colloque du REFUTS à LUXEMBOURG

Le travail social et éducatif à l’épreuve des catégorisations/codages binaires

Du 1er au 4 juillet 2018 à Luxembourg

 

Selon la définition internationale adoptée en 2014 par l’IASSW (International Association of Schools of Social Work) et l’IFSW (International Federation of Social Work) à Melbourne, le travail social, en tant que pratique professionnelle et discipline, vise à encourager les personnes et les structures à relever les défis de la vie et à améliorer le bien-être de tous. Ainsi, il est censé promouvoir le changement et le développement social, la cohésion sociale, le pouvoir d’agir et la libération des personnes dans le respect notamment des diversités. Voilà des objectifs et des principes pour le moins nobles et qui semblent témoigner d’une ambition à conférer au travail social une identité collective liées aux grandes valeurs humaines, mais également une unité de l’action impulsée par l’idée de progrès social ainsi qu’une autonomie professionnelle et disciplinaire à l’image d’autres domaines scientifiques.

 

Si la volonté de conférer ainsi au travail social une visibilité et un pouvoir en tant qu’« acteur international » se laisse argumenter, il n’en reste pas moins que les travailleurs sociaux agissent la plupart du temps dans leur dit quotidien professionnel au sein d’« organisations étatiques », « paraétatiques » ou » associatives locales » et s’adressent à des « publics cibles » divers en fonction du « champ de travail » et du « contexte réglementaire » dans lequel leur activité s’inscrit. Dans leurs rencontres avec d’autres personnes, que ce soient des « usagers/bénéficiaires/clients », des « travailleurs sociaux » ou d’autres catégories professionnelles relevant de l’« éducatif », du « psychologique » ou du « social », des managers/dirigeants/gestionnaires ou encore des décideurs/ administrateurs politiques, lesdits travailleurs sociaux inventent, pour employer un terme cher à l’anthropologue Roy Wagner (1981), des « problèmes », des « démarches » ou encore des « solutions » à l’image de leur propre « référentiel culturel ».

 

Ces actes d’invention, qui revêtent à chaque fois une dimension idéelle, matérielle, spatiale, temporelle et émotionnelle ne sont pas, pour ainsi dire, anodins et peuvent avoir des effets plus ou moins dramatiques pour les personnes concernées. De leur côté, les personnes qui doivent y faire face (contre-)inventent avec peut-être les mêmes ou d’autres mots les « problèmes », « démarches » etc. Roy Wagner en vient à la conclusion que l’invention crée le sujet « in the act of trying to represent it more objectively, and simultaneously creates (through analogous extension) the ideas and forms through which it is invented » (1981 : 12).(suite)

 

 


 


Capture drecran 2018-03-07 a 18.16.35 Capture drecran 2018-03-07 a 18.16.35  Appel à communication : Symposium Séjours de vacances (Colonies, camps de vacnances et centres de loisirs, les accueils collectifs de mineurs, Bafa et Bafd, vie des fédérations, engagements des jeunes)

Courcelles-Sur-Aujon 8,9 et 10 mai 2018

 

Nous reprenons ici une tradition lancée par Jean Houssaye de rencontre entre les chercheur·e·s travaillant sur les colonies et camps de vacances appelés aussi Acceuil collectif de mineurs. Depuis 2005, différents champ disciplinaires se sont retrouvés pour parler de cet objet singulier : architecture, histoire, sciences de l'information et de la communcation, sociologie, études sur le genre, sciences de l'éducation, sciences du jeux… Plusieurs ouvrages gerdent le témoignages de ces riches moments de discussion : Houssaye, J. (2007) Colos et centres de loisirs : recherches. Vigneux : Matrice ; Houssaye, J. (2010) Colos et centres de loisirs : institutions et pratiques pédagogiques. Vigneux: Matrice ; Houssaye, J. (2012) Accueils collectifs de mineurs : recherches. Vigneux : Matrice. Pour ce symposium, nous faisons le choix d'ouvrir aux camps en plus des accueils collectif de mineurs avec ou sans hébergement. Nous serons accueillis dans les locaux de la Maison de Courcelles. 

 

Pour cet appel à contribution, nous attendons des textes de 15.000 signes environ qui seront présentés lors du symposium et donneront lieu ensuite à un article publié dans un livre collectif et accessible individuellement en ligne. Les contributions sont attendues pour la fin mars 2018. Attention les places sont limitées. À envoyer à jean-marie.bataille@lesocialenfabrique.fr 

Tout savoir pour s'inscrire ici


 

 

Capture drecran 2018-03-27 a 11.32.10 Capture drecran 2018-03-27 a 11.32.10  

Les écrits de travail en formation – Varia (52/Juin 2019)

Numéro coordonné par Francis Lebon, Fanny Rinck et Frédéric Torterat

 

Argumentaire

Prendre pour objet les écrits de travail en formation doit permettre de décrire et d’analyser des pratiques et des représentations liées à l’écriture. L’enjeu est aussi de témoigner et de discuter les apports éducatifs, individuels et collectifs, des écrits produits dans un contexte de formation professionnelle, ou pour le dire autrement, dans un cadre qui leur assigne une visée formatrice, laquelle peut être étendue à l’autodidaxie/l’autoformation. Notre ambition est de mettre à jour des convergences et des divergences entre différents métiers liés au professorat, à l’éducation et au travail social (enseignement, formation, animation, éducation spécialisée, sportive, etc.). (suite)

 

 


Capture drecran 2018-03-07 a 17.50.01 Capture drecran 2018-03-07 a 17.50.01  

NIce, 24 mai 2018

 

Le CNAHES (conservatoire national des archives et de l'histoire de l'éducation spécialisée et de l'action sociale), en collaboration avec l'IESTS (institut d'études supérieures en travail social) de Nice, organise le 24 mai 2018 à Nice un colloque national sur le thème de l'engagement dans le travail social.

 

Affiche et argumentaire -  programme - fiche d'inscription


 

Appel à communication : colloque "Éducation populaire et Travail social : des radicamisation aux rêves communs"

Angoulême 7-8 juin 2018

 

Suite aux attentats de Charlie Hebdo en 2015, la FRMJC de Poitou-Charentes a demandé au Pôle de Recherche (PREFAS)Poitou-Charentes d’élaborer une Formation–Recherche–Action sur la radicalisation et le vivre ensemble. Dans ce contexte, les MJC sont amenées à se questionner sur leurs fondamentaux : la laïcité, l’émancipation, l’éducation populaire, le vivre ensemble, les jeunes et la culture,… Les professionnels de l’animation socioculturelle et ceux du travail social sont en première ligne de ce phénomène par leur proximité des populations et leur situation dans les quartiers. En mobilisant des professionnels jusqu’aux administrateurs et habitants de six MJC, cette Formation–Recherche–Action a favorisé la réflexion et la mise en œuvre de méthodes adaptées aux situations complexes que vivent les MJC sur la radicalisation et le vivre ensemble.

 

La recherche engagée sur ces questions a apporté des éléments qui motivent l’organisation d’un colloque afin de les discuter plus largement tant avec des universitaires que des professionnels de l’Éducation Populaire et du Travail Social ainsi que des acteurs du développement social local. Ce colloque, dont le Comité Scientifique est présidé par Alain Bertho, anthropologue et directeur de la Maison des Sciences de l’Homme (MSH) de Paris Nord, aura lieu les jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018 à Angoulême.
Au travers de conférences et d’ateliers, il permettra de progresser sur quatre axes :

  • questions de radicalisations,
  • questions sur la place de la prévention sociale et éducative,
  • stratégies de civilité mises en œuvre sur le terrain pour contribuer à créer du commun,
  • de la question du vivre ensemble à celle des rêves communs.

 

Plus d'info ici


 

Appel à candidature : Prix 2018 du Comité d’histoire de la Sécurité sociale

Le Comité d'histoire a décidé de récompenser chaque année des thèses et des travaux du niveau master, achevés depuis moins de trois ans se rapportant à l'histoire de la Protection sociale au sens large (chômage et action sociale inclus) y compris dans sa dimension internationale.

En 2018, quatre prix pourront être décernés :

  • d'une part, deux prix pour des thèses d'un montant de 2 500 € pour le 1er prix et de 2 000 € pour le 2ème prix
  • et d'autre part, deux prix pour des mémoires de master de 1 500 € pour le 1er prix et de 1 000 € pour le 2ème prix.

Ces travaux devront être transmis avant le 30 avril 2018 en 2 exemplaires :
Par envoi postal  : au secrétariat du Comité d'Histoire de la Sécurité sociale, Ministère des Solidarités et de la Santé, pièce 1173 AT, 
14 Avenue Duquesne, 75350 Paris 07 SP.

Ou déposés au secrétariat du CHSS  : 18 place des cinq martyrs du lycée Buffon, 75014 PARIS, pièce 1173 AT.
Pour les modalités de participation voir le règlement du concours.

Lettre appel à candidature 2018 : http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/lettre_appel_a_candidature_prix_2018.pdf
Affiche du prix du CHSS 2018 : http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/affiche_du_prix_2018.pdf
Règlement intérieur : http://www.securite-sociale.fr/IMG/pdf/reglement_des_prix_du_chss.pdf


 


 


Capture drecran 2018-03-07 a 18.21.29 Capture drecran 2018-03-07 a 18.21.29  Appel à communication : Les destinataires du travail social : résistances, adhésions et tactiques face aux normes de genre

Lausanne, 2-3 juillet 2018
 

Cette deuxième édition du Colloque international francophone de recherche féministe sur le travail social s’intéresse à la réception de l’intervention sociale par ses usagères et usagers en interrogeant plus particulièrement les manières dont elles et ils se positionnent face aux assignations genrées. Ce colloque accompagne ainsi les mouvements de revendications et d’empowerment des utilisatrices et utilisateurs des services publics. Nous postulons en effet que les destinataires, dans le champ de l’intervention sociale, jouent collectivement et individuellement un rôle actif non seulement dans la reconduction des normes de genre mais aussi dans leur transformation. La recherche s’est encore peu intéressée à la réception des normes de genre par les destinataires de l’intervention sociale mais différents questionnements, qui ont exploré ce champ et dont nous rendons compte dans cet appel,constituent un socle pour structurer la réflexion durant les deux jours de ce colloque.

http://iris.ehess.fr/docannexe/file/3733/aacdestinataires_travail_social.pdf

 


Capture drecran 2018-03-07 a 18.22.57 Capture drecran 2018-03-07 a 18.22.57  Appel à communication : Pratiquer, (se) former (aux), (re) penser et questionner les pédagogies émancipatrices

Paris 8 et 9 juin 2018

 

Alors que l’œuvre du Brésilien Paulo Freire est une référence majeure dans le monde, notamment en Amérique du Nord (l’un des plus cités aux USA), en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, que des Instituts Paulo Freire ont été créés partout dans le monde (Brésil, Grande-Bretagne, Portugal, Afrique du Sud…), que sa pensée est à la racine des pédagogies critiques, force est de constater une vivacité moindre dans l’aire francophone (Pereira 2017a). Cela est particulièrement vrai en France en dépit des efforts d’un collectif créé après sa mort, le cercle des pédagogies émancipatrices (Garibay, Séguier et al., 2009/2013), qui a permis la réédition en français en 2001 de Pédagogie des opprimés (alors épuisé, et de nouveau épuisé). Il est possible de noter quelques trop rares travaux qui s’inspirent de la pédagogie de la conscientisation dans l’aire francophone, parmi lesquels, au Québec (Solar 1992, Thésée et Carr 2014, Potvin 2014), en Suisse (Mottiez-Lopez 2015, Collet 2016) et dans une moindre mesure en France (Eneau 2003, Jeziorski 2017, Pereira 2017b), et récemment dans quelques thèses (Devieilhe 2013, Weksler 2015, Dor 2017, Magar-Braeuner 2017). La suite sur le site… 

http://emancipaeda.hypotheses.org/ 


 

 

AdobeStock_123124317 AdobeStock_123124317  

 

Une nouvelle rubrique dans la page de la revue Savoirs du travail social, des colloques, des journées d’études, des manifestations qui peuvent intéresser les acteur·trice·s du travail social. Vous êtes au courant d’un tel événement, vous voulez le faire connaître envoyez nous l’information, nous nous ferons un plaisir de la faire connaître : contact@lesocialenfabrique.fr

 

 

 

 

Haut de page