Manifeste du travail social

5 €

 

 

Acheter

Christophe Anché, Jean-Marie Bataille, Adèle Bertin Morales, Isabelle Boisard, Alice Debout, Thomas Pasquier, Nélia Soul

 

 

couverture-manifesteAu printemps 2016, Nuit debout fait irruption place de la République. Des citoyen·ne·s débattent. Des travailleur·euse·s sociaux·ales se réunissent tous les dimanches sur cette place, désormais devenue mémoire symbolique de ce mouvement. Ils-elles viennent d’horizons différents, ne se connaissent pas forcément mais se reconnaissent dans un désir d’engagement partagé. Parmi eux·elles, un groupe composé d’une dizaine de personnes décide d’écrire un texte pour expliquer la situation actuelle du travail social, pour la penser et envisager son avenir. Le manifeste du travail social est le résultat de ces échanges et des rencontres initiées par cet écrit collectif. Ce manifeste tente de montrer à quel point le néo-libéralisme s’attaque avec méthode et continuité à l’État social né de la seconde guerre mondiale et du Conseil National de la Résistance. Ce mouvement s’accélère. Les attaques se font plus massives et plus déterminées que jamais. Dans le même temps, et par contraste, nous cernons avec acuité en quoi le travail social est plus que jamais utile à une société juste et humaine. Plus que de le sauver, tellement dénaturé qu’il est par endroit, nous vous invitons à le refonder. Nous espérons que cette lecture vous inspirera. Car pour nous, comme pour d’autres aujourd’hui, hier, ici et à travers le monde : « Créer, c’est résister. Résister, c’est créer. » Nous sommes tributaires de la mémoire de tous ceux et toutes celles qui se sont battu-es et se battent contre l’injustice, pour la liberté.

 

Télécharger le fichier Bibliographie du Manifeste du travail social

Contenu du fichier :

 

 

Pour aller plus loin


Pour contacter les auteur-e-s : manifestedutravailsocial@lesocialenfabrique.fr  

 

Retrouver les informations à propos du Manifeste sur sa page Facebook

 

Auteurs des photos

Couverture : Marie-Amélie Favier

4ème de couverture :

  • photo de gauche : Marie-Amélie Favier

  • photo du centre, «  La république au couchant » : Jean-Marie Bataille

  • photo de droite : Marie-Amélie Favier

 

Quelques informations, rencontres, débats sur le Travail Social

  • Retrouver le Manifeste du travail social en vente à la Librairie Michèle FIRK de la Parole Errante - 9 rue François Debergue à Montreuil (métro Croix de Chavaux) et à la Librairie Publico 146 rue Amelot Paris 11° (métro Oberkampf ou Filles du calvaire). 

 

fullsizeoutput_4aa fullsizeoutput_4aa  

 

 

 

 

Le travail social est à la radio !!

 

Fréquence Paris plurielle 

Capture drecran 2017-03-21 a 12.27.52 Capture drecran 2017-03-21 a 12.27.52  

 

Emission du 20 mars 2017 sur le Manifeste et les suites (débats, plateforme du travail social…)

"La question sociale" sur Fréquence Paris Plurielle

Capture drecran 2017-05-04 a 07.55.32 Capture drecran 2017-05-04 a 07.55.32  

 

Emission du 2 février 2017 sur Les fossoyeurs du travail social

 

Sur Radio Libertaire

Capture drecran 2017-03-21 a 12.28.40 Capture drecran 2017-03-21 a 12.28.40  

 

Emission du 18 novembre 2016 à propos du Manifeste

 

Le trottoir d'à côté

Capture drecran 2017-03-21 a 12.28.21 Capture drecran 2017-03-21 a 12.28.21  

 

Quelle formation pour quel travail social ?

Denis Vallance, président de l'UNAFORIS, évoque pour vous la formation des travailleurs sociaux de demain et c'est l'horreur à tous les étages !

Sons Rouges et noirs 

une présentation de l'émission de Jonathan Louli 

Comment concrètement la bascule libérale est en train de se faire dans le travail social !

 

Témoigner de la situation du travail social chez vous

Nous vous proposons un mode d’action qui peut être une autre façon encore de prolonger ce Manifeste. Nous pensons qu’il est important de faire remonter ce que produit, sur les individus et le lien social, le néo-libéralisme actuel. Que voient les travailleur·euses sociaux·ciales qui se trouvent en première ligne ? Comment leurs conditions de travail se trouvent modifiées au travers des dispositifs, des consignes de travail, du management…? (Pour la suite cliquer ci-dessous)

 

Une information importante : une nouvelle loi pose la chose suivante : « Les personnes ayant saisi le Défenseur des droits ne peuvent faire l'objet, pour ce motif, de mesures de rétorsion ou de représailles. »

http://www.defenseurdesdroits.fr/fr/lanceurs-dalerte 

 

Cahiers d'avenir et de doléances du travail social

 

 

Le groupement pour la défense du travail social (GPS)

Grâce à son engagement auprès des personnes à la rue, des travailleuses et travailleurs sociaux de Haute-Garonne ont obtenu une victoire incroyable dans une lutte iconoclaste. Quelques liens pour en savoir plus… 

 

"Confrontée à des morts de SDF en nombre important et à la demande massive d’hébergement de la part de familles sans abri, des travailleurs sociaux toulousains réunis dans un collectif (le Groupement pour la défense du travail social – GPS) ont, en 2011, décidé de créer un squat pour pallier l’absence totale de solutions. Conseillère en économie sociale et familiale au pôle d’accueil d’information et d’orientation (PAIO) de Toulouse, Annabelle Quillet a accepté de s’investir dans cette mission qui lui vaudra avec d’autres d’être mise sur le ban des accusés par la préfecture, lors d’un procès en référé pour occupation illégale sans droit ni titre. Procès gagné par le collectif. La ténacité de cette conseillère en économie sociale, l’extrême solidarité entre tous les membres du collectif a permis de poursuivre et de développer jusqu’à aujourd’hui des solutions d’hébergement dans des lieux réquisitionnés. Annabelle Quillet revient ici sur les raisons et les modalités de son engagement."

 

Télécharger le fichier ordonnance-Goudouli

Contenu du fichier :

 

Quelques liens vers des articles parlant du manifeste

 

Ne pas rester seul-e

 

 

Articles pour aller plus loin

  • De la charité publique à la mise au travail ? de Jacques Rodriguez
    Ce texte vient renforcer un passage du Manifeste sur les Worhouses : il existe une volonté dans le capitalisme de mettre les pauvres au travail, par la force s'il le faut et, corrélativement, le travail social (au sens ici de ce qui organise l'accès aux allocations de subsistance), peut être perçu comme une entrave au marché libre et non-faussé. La marchandisation du travail social ou sa suppression trouvent dans ce cadre leur fondement.
     
  • Les travailleurs sociaux dénoncent la libéralisation du secteur de Chloé Dubois
    Un article qui permet de comprendre comment la mobilisation des travailleurs sociaux s'est constituée au cours du temps. Il donne à voir les éléments de contexte dans lesquels le Manifeste vient s'inscrire. 
     
  • Contre la gestion et l'informatisation de nos vies
    L'informatisation des activités du travail social se fait de plus en plus importante. Outre que cela permet aux commanditaires d'entrer dans le bureau des AS et des éducs, là où la parole devrait être protégée, les fichiers, remplis par les logiciels, permettent de suivre les individus et leurs demandes dans une logique de surveillance des pauvres qui comme tout le monde le sait ne font que truander (voir à ce propos la vidéo éclairante de Osons Causer)

 

Rester informés

BloGs

 

Educenformation

 

Dubasque

 

Pages rouges et noires

 

Travailler dans le social

 

JouRn@uX MiliT@ntS

 

La Brique

 

Le Postillon

 

CQFD-Journal

 

F@nZineS

 

PanPanCulCul

 

Pour le travail social

 

 

Pour proposer d'autres ressources : manifestedutravailsocial@lesocialenfabrique.fr  

 

Ils soutiennent le Manifeste

ANAS Ile-de-France : (Association nationale des assistantes sociales section Ile-de-France) ;

CGT du Conseil Départemental des Bouches-du-Rhônes ;

Le collectif Avenir Educs ;

CNPTS : (Comité normand de protection du travail social) ;

Collectif pour une éthique en travail social ;

 

 

 

Haut de page